La sophrologie, c’est quoi concrètement ?

« La respiration est le mouvement dans lequel l’homme s’ouvre et se ferme, s’abandonne et se retrouve... Si la respiration n’est pas correcte, c’est l’homme tout entier qui n’est pas en ordre. »

K. G. Durkheim

Comment ça marche ?

La sophrologie, c’est quoi concrètement ?

La pratique de la sophrologie se fait au travers d’exercices de respiration associée à de la détente musculaire (dits exercices de relaxation dynamique) et d’exercices de visualisation d’images positives.

La relaxation dynamique : quésaco ?

Il peut sembler assez antinomique d’associer les mots « relaxation » et « dynamique ». En effet, quand on pense relaxation, on s’imagine en position allongée, immobile, détendu à la limite du sommeil. Tandis que le mot dynamique, lui, évoque plutôt un comportement actif, une sollicitation du corps et de l’esprit. La relaxation dynamique s’effectue en position debout ou assise, via des exercices de respiration contrôlée1 associés à de la détente musculaire2, et au cours desquels la personne est amenée à écouter son corps, à le ressentir, et à le vivre tel qu’il est, sans jugement, et en toute conscience.
Ces exercices permettent d’amener un niveau de détente profonde et d’améliorer la concentration (notamment par une meilleure oxygénation de l’organisme).
La relaxation dynamique pratiquée en sophrologie s’apparente ainsi à une relaxation consciente, un relâchement des tensions physiques et psychiques à laquelle on prend part en toute conscience.

A noter qu’il ne s’agit pas d’un cours de gym ou de yoga. Les exercices sont réalisables par tous ; ils sont de surcroit adaptables à votre état de santé et votre forme physique (douleurs particulières, âge, femmes enceintes, enfants etc.)

La visualisation d’images positives

Installé confortablement en position assise ou allongée, immobile, vous vous laissez porter par la voix du sophrologue. Votre température corporelle s’abaisse légèrement, votre respiration devient plus lente, votre tête peut être tombante, votre bouche s’entrouvre, vous avez les bras ballants… vous lâchez prise, vous êtes, en fait, à la limite de vous endormir.
Cet état dit « de conscience modifiée », atteint en séance grâce aux suggestions positives du sophrologue (images, souvenirs, projections…), favorise l’émergence de ressentis positifs et la prise de conscience de ses ressources intérieures. Ainsi des capacités déjà présentes mais peu ou mal exploitées se trouvent mises en exergue et renforcées, comme par exemple la capacité de concentration, la faculté à se poser, se recentrer, à se dynamiser, ou au contraire à s’apaiser quand le besoin s’en fait ressentir.

La pratique de la relaxation dynamique renvoie directement au principe d’action positive, fondamental de la sophrologie, et selon lequel tout effet positif sur le mental a une répercussion positive sur le corps et inversement.
La répétition des exercices de relaxation dynamique entre les séances permet leur appropriation et leur utilisation, à terme, de façon quasi-inconsciente et en toute autonomie.
" Le corps, c'est la présentation de la conscience."
A. Caycedo

Et si je m’endors ?

Ce n’est pas grave, mais vous aurez juste raté la moitié de la séance !

Et qu’est-ce que je suis censé sentir ? Et si je ne ressens rien ?

A la fin de chaque séance, je vous invite à me faire part de ce que vous avez ressenti durant les exercices…
Souvent les personnes qui disent ne rien sentir demandent ce qu’elles devraient ressentir.
Or en sophrologie, on ne doit rien sentir en particulier, on est juste là pour écouter son corps, et ses sensations, quelles qu’elles soient. Et ne rien sentir n’est-il pas, en soi, un ressenti ?

Ce que l’on sent, ce que l’on ressent, ça peut être n’importe quoi. Des lunettes qui ont glissé sur le nez quand on a baissé la tête, le contact des pieds au sol, une ceinture trop serrée qui entrave le ventre, l’air frais dans les narines au moment de l’inspiration, un inconfort ou une douleur dans les épaules lors de l’exécution d’un mouvement, une tension dans les jambes, de la chaleur dans le ventre, ou tout autre élément qui sera toujours accueilli avec bienveillance et non jugement.

L’essentiel est de laisser venir à vous vos sensations, aussi ordinaires soient-elles, en quelque sorte de vivre l’exercice (par exemple inspirer profondément par le nez) comme si c’était la première fois que vous le viviez. Et petit à petit, à force de pratique, vous entrez sur le chemin de la connaissance de soi.

Tout ce que vous exprimé est écouté, pris en considération, sans jugement, sans analyse, ni commentaire et en toute confidentialité. Ce qui se passe et se dit en séance reste dans la séance.

Attention, il ne s’agit pas de raconter sa vie mais seulement d’exprimer ce qu’on a ressenti ou éprouvé durant la séance. Le fait de s’exprimer permet de poser les choses, de les rendre plus concrètes, de pouvoir ensuite y réfléchir et constater son évolution.

Dans les groupes, l’expression du vécu de chacun permet de se rendre compte de la diversité des ressentis. Tandis qu’une personne aura ressenti une vague de chaleur, l’autre exprimera des picotements dans les jambes ou une sensation de plénitude… Si vous ne souhaitez pas partager vos ressentis (la prise de parole en public n’est pas un exercice facile, surtout lorsqu’il s’agit de parler de soi), il vous est tout à fait possible de les écrire sur un carnet par exemple. Cela vous permettra également de constater votre évolution au cours des séances.

1La respiration contrôlée se distingue de la respiration naturelle par des instants d’apnée entre l’inspir et l’expir.

2Cf. la relaxation progressive de Jacobson selon laquelle, de façon schématique, une contraction suivie du relâchement musculaire entraine un ressenti physique et mental de détente.

Sur rendez-vous du lundi au samedi
Au cabinet ou à votre domicile

"La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent"
Albert Einstein
©2017 Anne Bertagnolio - Tous droits réservés